Pour la maîtrise des usages...


Accueil > Articles > La science au monde la mieux partagée…

La science au monde la mieux partagée…

samedi 7 mars 2015, par JPL

Usologie : le mot est construit à partir de logos, discours, et usus, usages. Comme sociologie ou déontologie. Discours ou science des usages.

Il n’est pas encore dans le dictionnaire mais il commence à circuler sur le Net. A la fin des années 80 il y avait déjà eu des Cahiers d’Usologie, quatre, à diffusion très restreinte. Celui intitulé Les enjeux a été introduit par François Dagognet, qui a présidé l’agrégation de philosophie et publié de nombreux ouvrages sur des sujets très divers, souvent étonnants, dans le but déclaré de « rematérialiser la philosophie ».

Beaucoup font de l’usologie sans le savoir. Elle s’épanouit dans les articles « d’humeur » qui honorent les journaux. Il y avait autrefois la « petite » collection de gare Hachette : La vie en … telle région, au temps de …. La science historique a basculé de l’histoire des guerres et des dynasties à celle des usages , sans prononcer le mot. Est-ce l’ethnologie et les usages des « primitifs » qui l’y a poussée ? Elle nous régale aujourd’hui avec l’histoire de l’hygiène, des larmes, des couleurs, des « gros »… L’« histoire des mentalités » a été un tournant, au moment où je découvrais « l’épistémologie génétique » de Piaget, qui décrit comment « l’intelligence » et donc la « connaissance » se développe par « stades » que j’interprétais comme des blocs de « façons de faire ».

Tu arrives à « l’usologie » comment ?

Par plusieurs voies, mais le métier m’a beaucoup aidé ! L’instituteur ne doit pas tant « faire apprendre » que rendre les élèves curieux d’apprendre et leur en donner les moyens. Mais apprendre quoi ? Ma réponse, intuitive, était claire, et « laïque » par surcroît : des façons de faire. Tout ce qu’on pouvait « apprendre » se terminait en « façons de faire » : Pasteur ou Ravaillac, le renversement Copernic ou la machine à vapeur, écrire ou mathématiser, réformer ou révolutionner, tout ça « fait » d’une certaine façon, dans un environnement d’actes concrets ou pensées d’époque. Et nous interpelle comme acteurs, comme usagers capables d’en faire autant, ou de ne pas le faire, ou de faire autrement.

Pourquoi tu dis « laïque » ?

Attacher des valeurs à la queue des contraintes du moment et enseigner ce qui est censé faire valeur n’a rien de laïque : c’est faire partager la religion du moment. Ce n’est plus agir en « hussard de la République » mais en curé. Ma lecture de Sartre avait fait remonter un vieux contentieux : comment être et libre. Enseigner l’a réglé. J’ai tout de suite saisi, plus que compris, que je n’avais pas le droit de laisser dire à un gosse « c’est beau », « c’est… » sans lui demander ce qui le lui « faisait » beau, sale, méchant, champion, héros, criminel - ou Portos, Polak, Arbi. Ce qui nous renvoyait à l’environnement dans lequel ça - chose ou personne - se faisait comme on disait que c’était, le valorisait ou dévalorisait comme étant, et à la façon dont l’élève, ou moi, avions intégré la façon - la religion - de faire « être », qualifier comme ça.

Comment développer un mode d’observation parfaitement neutre, orienté par ce qui se fait là, par ce qu’il faut pour le faire et qui pourrait le défaire ? Comment éclairer le moment où ça bascule de la façon dont les choses se font, ce qu’il faut pour le faire, au moment où il faut absolument le faire, où la façon dont on le fait se trouve expliquée par des raisons d’être qu’on va chercher dans la nature des choses alors qu’elles ne tiennent qu’à des façons de faire ? S’orienter exclusivement vers « ce qui se fait là » revenait à faire ce qu’on attend d’une science.

Dans mes petites leçons sur n’importe quoi, en cherchant à couvrir « tout ce qui se fait là » et qu’on pourrait faire « autrement », autrement-autrement, ou en-mieux ou en-se-trompant, j’ai découvert l’usologie « spontanée », que nous pratiquons tous sans le savoir ni lu Claude Bernard.

L’usager en sentinelle (page suivante) commence par là… Ou recommence, en partant d’un texte déjà publié dans PROSPER 20 , qui venait d’une improvisation en privé, encore confuse, captée sur magnétophone. Il a été écrit dans le but d’en faire une conférence, et pourrait bien finir, lui aussi, en CD, sur prosperdis.org !